Manon, Camille, Mathias et Lucas sur les traces de Napoléon !

Suivez les aventures jour par jour.

Dernière étape

Les dames de fer sur l’Ile d’Elbe

Nous pouvons changer de tenues, short, chaussettes et différents accessoires mais la seule chose qui nous ferait vraiment du bien pour cette dernière étape : c’est de mettre des jambes neuves ! Mais aucune inquiétude les vaillants coureurs et pilotes aguerris ne se laissent pas impressionnés par l’usure de la machine à gravir les montagnes. 8H30 pétante c’est reparti pour 22km de « ra dadas ».

Joelette 1 Manon au commande : « Transporteurs ! » et la troupe démarre, avec prudence et pas comme des dératés (les fougueux des premières étapes se ménagent pour le final).

Joelette 2 Lucas, le casque vissé sur la tête histoire de ne pas perdre une miette du paysage, démarre prudemment. Il a récupéré de sa course de la veille, il profite des descentes, à fond c’est mieux !

Papa Georges veille au grain et calme les ardeurs de ces fils adoptifs. Nous les filles on ne dit rien on compte nos abatis mais nous savons que nous arrivons à bon port avec cette équipe en Or..

Nous nous suivons et voyons défilé un paysage magique, le tchik  tichik de Manon s’éloigne et disparait dans la forêt. Bizarre ils n’étaient pas si loin les gaillards.

Changement de Pilote pour la joelette deux

Mathias, « on n’est pas venu pour amuser la galerie », dopé aux éclats de rire richement alimentés par Christian (notre jukebox des dunes) dont nous ignorons toujours à quoi il carbure…La mobylette Portugaise est au meilleur de sa forme, il court partout, prends des photos, la joelette, les bâtons des coureuses : heureusement que nous ne passons pas dans un village il irait chercher du pain ! Mathias surveille le doc du coin de l’œil, il est là, prends des relais et tire la corde. Carine est complètement excitée, pique le vélo d’un vététiste et nous fait une thèse sur ces adipocytes qui s’évaporent dans les descentes : bye, bye cellulite bonjour les jambonneaux ! Fabrice, qui pour la joie des filles a enfin remis son merveilleux short bleu, couleur océan redouble d’énergie et donne le change à Valery le spécialiste des calembours et blagues à deux euros. Laurent surveille notre vitesse aucun excès ne sera toléré, et les tentatives de Daniel de le soudoyer pour sa prune chopée à Longjumeau restent sans réponse. Pendant ce temps, Mathias rit de toutes ses bêtises surtout quand Sébastien, de nature si sage commence à délirer. La femme croate, elle se concentre pour pousser brouette jusqu’au bout.

Au détour d’un chemin, un gentil géo nous donne enfin des nouvelles de la joelette 1 : elle n’a pas peté une durite, elle n’a pas sectionné un frein, pas perdu une de ses pilotes … non, non non allez un effort c’est facile ? Est-ce encore un bras ?

Dernier flash d’information : Autour d’un zig et d’un zag il a fallu choisir entre casser Manon et la joellette, le choix vite fait a été de briser un bras de joelette, et un de plus ! Au détour d’un chemin, après avoir affronté un chien féroce, l’Hermite allemand Dieter fut notre sauveur : Gilles  le « Mac Gyver » des Dunes » et sa grande expérience bricola une attelle et là, la joellette 1 est repartie en boitant au grand bonheur de certains, ils se reconnaitront. Au ravito tout est redevenu dans l’ordre, la joelette retrouva son bras italo français pour accueillir Camille qui se fit toute légère pour terminer cette étape.

Camille s’est éclatée dans la dernière descente sinueuse : « à fond à fond », dérapages contrôlés dans les épingles à cheveux prête pour le championnat de France de descente de vitesse.

Arrivée en fanfare, la sono Christian à fond, les freins en feux, les cylindres chaud bouillants, émotions garanties. Les accompagnateurs comme toujours au taquet : « elle n’est pas belle la vie ? »

La bière pression a coulé à flots, jusqu’à rupture de stock.

Une dernière petite grimpette, et nous voilà au palais Napoleoni : un petit studio au flanc de la montagne, sans Wifi, ni jacuzzi, sans télé. Un lieu plutôt austère, où les Dunes ont fait vibrer les murs et les marbres avec leurs chants. Photo de groupe, et vite le car : les estomacs crient famine et « Viva la Pasta ».

.  Les photos de la derrnière étape

Soutenez Les Dunes !!

Devenir partenaire

Soyez présent vous aussi,
en devenant PARTENAIRE,
de l'association Les Dunes d'espoir.

Et nos partenaires

Société Alten Read More
Société Décathlon Read More
Société Groupe Renault Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5