Voir les sourires et la joie des enfants, heureux d’avoir leur place au sein de tous les coureurs malgré leur handicap, de se dépasser sur de magnifiques épreuves de course à pied. Voilà l’unique but de l’association, notre façon de militer pour le "bien vivre ensemble" grâce à un formidable vecteur : la "joëlette".

Les Foulées de l'Amitié 2017 à Béthune

Écrit par Loïc V le . Publié dans La Ch'ti Team

Léna, Tom et Frédéric partagent les Foulées de l'Amitié! 

Dimanche 29 octobre, nouvelle heure, nouveaux Pilotes, nouveaux cylindres, nouvelle course... que de nouveautés dans la cité de Buridan.

Grâce à Artois Athlétisme et à notre ami Henri, nous avons participé, pour la première fois, aux foulées de l'amitié.

Léna, dit Piou-Piou, et Tom, que nous avions rencontré, en juillet, lors de la kermesse de l'I.M.E. de Beaumarais, ont découvert les joies de la joelette.

Frédéric, dit Zigouigoui, qui avait déjà fait une première balade avec nous l'année passée à Seninghem, a confirmé à Béthune qu'il appréciait les courses. Il les aime tellement qu'il est descendu de la joelette, lors de la pause ravito, pour aller courir en compagnie de son papa, Fréderic, qui accompagnait notre joelette. Nous avons mis plus d'un kilomètre pour les rattraper, laissant croire au passage au public médusé, que nous avions malencontreusement égaré notre pilote...

Au delà des cylindres habituels, Stéphanie, Laurent L., Philippe D., Pascal, René, Henri, Christophe B., et Loïc, les équipes ont reçu avec plaisir le soutien, pour une première expérience, de quelques Loups Blancs de Labourse, Dominique, Bertrand et Julien, de quelques coureurs de Aubigny Running, Fréderic, Sébastien et Xavier, ainsi que Thibaut, qui est venu de Lille en train, pour sa première expérience en joelette.

Piou-Piou et Zigouigoui avaient trouvé une technique pour nous encourager, l'une avec son poste-radio et l'autre avec son klaxon trompette... un coup vous allez pas assez vite, deux coups faut accélérer !!! On pense customiser toutes nos joelettes avec ce merveilleux instrument.  

Tom, qui n'avait pas forcement apprécié de se lever tôt le dimanche matin, a immédiatement retrouvé le sourire dès qu'il a pu piloter la jojo.

Un parcours en zig-zag, un parc avec de l'eau et des canards, des chemins de traverse improvisés pour quitter le macadam, beaucoup de spectateurs, de vrais encouragements, et des applaudissements nourris du public, il n'en fallait pas moins pour satisfaire Léna, Fréderic et Tom, qui, je n'en doute pas reviendront très très vite pour courir avec nous.

les photos sont ICI